Bonne année 2016 !

Bonne année 2016 !

Je tiens à vous remercier tous d’être là avec moi, de me suivre depuis un mois, une année ou deux, peut-être même plus parfois, de me rencontrer de temps en temps ou de me soutenir à distance, de m’adresser de belles paroles ou d’envoyer de bonnes ondes. À vous tous je souhaite une très belle,

Le miroir

Le mois dernier, à l’occasion d’une exposition collective à laquelle je participais, on m’a demandé d’écrire un article sur moi, mon parcours, mon travail. Mon premier réflexe en tant qu’écrivain a été d’accepter sans hésiter : ça n’avait rien de difficile étant donné que je me connais et que je n’ai pas de problème pour

Interlude

Le mot « Interlude » me fait penser aux vieux films qui étaient rythmés comme une pièce de théâtre, avec une « entracte ». Je me souviens plus particulièrement de celle de « My Fair Lady » : il y avait un parterre de pivoines en plan fixe. Aujourd’hui, tandis que je vous propose la mienne, je pense énormément à cette


Cabinet de curiosités

Pour me donner envie d’écrire, un rien peut être l’étincelle de l’inspiration : l’image furtive d’un film, une photo dans un magazine, une fin d’histoire décevante, la visite d’un bâtiment, une simple phrase captée au détour d’une conversation. Et alors, soudain, c’est comme un fil d’idées qui se déroulent, s’enclenchent, se nouent seules dans le

Les Adorés

Il y a des milliers de raisons d’avancer ou de reculer dans la vie et, parmi elles, les gens qui nous entourent, nous sollicitent, nous échappent ou nous soutiennent. J’ai beau chercher le plus souvent la solitude dans mon travail, c’est pour moi un grand sujet de préoccupation. Peut-être parce que justement, le fait de

D’ici et d’ailleurs

À 14 ans, une semaine avant mon premier voyage au Viêt-Nâm, ma grand-mère, agacée par la tournure d’une conversation a haussé le ton pour dire « Nous ne sommes pas viêt-nâmiens, nous sommes français ». C’était la première fois que cette réalité prenait une véritable consistance dans mon esprit. Et elle me dérangeait, mais pour quelle raison

Lilith, l’Alter Ego

C’est un mot doux à lire et à dire, comme un murmure issu de l’Aube des temps, un enivrant mélange de volupté et de secret : « Lilith ». Et de tous les noms de femmes qui ont éveillé ma curiosité et mon intérêt, de Cassandre à Cléopâtre, de Circée à Nausicäa, de Marie à la Belle,